S’abonner à la newsletter:

Ocean Grabbing

Au cours de leurs deux dernières recherches sur le Sri Lanka, la Société pour les peuples menacés a été confrontée au phénomène de l’« ocean grabbing » ou de l’accaparement des mers. Il s’agit là du pillage des mers ou de l’appropriation de l’accès à la mer de telle sorte que les pêcheurs ne peuvent plus exercer leur métier traditionnel.

  • Au nord et à l’est du Sri Lanka, de nombreuses familles de pêcheurs se retrouvent en situation de détresse extrême à cause de projets touristiques. En effet, alors que les pêcheurs exercent leur activité depuis des générations, l’accès à la mer leur est refusé. Les hôteliers chassent les pêcheurs afin que les touristes puissent bronzer sans être dérangés.
  • Sur la presqu’île de Jaffna au nord du pays, l’accaparement des mers résulte de la situation de guerre. L’armée y a occupé de vastes régions pour établir une zone de haute sécurité et en conséquence, la population a perdu l’accès à la mer et de ce fait leurs moyens de subsistance.
  • Enfin, les pêcheurs locaux de Jaffna sont aussi menacés par la pêche au chalut des bateaux en provenance d’Inde et par les pêcheurs du sud du Sri Lanka, qui épuisent les mers avec leurs méthodes de pêche illégales et dévastatrices.

En collaboration avec notre organisation partenaire « National Fisheries Solidarity Movement » (NAFSO), nous protégeons les pêcheurs et la population locale en les informant de leurs droits et en encourageant le dialogue avec le gouvernement et le secteur du tourisme. De plus, nous demandons au gouvernement sri lankais de réduire la présence militaire sur Jaffna et de soutenir les personnes déplacées dans l’amélioration de leurs moyens de subsistance traditionnels.

Plus d'informations

Rapport sur la militarisation sur la presqu’île de Jaffna

Rapport sur le tourisme et les droits humains au Sri Lanka

Blog

« Notre combat en valait la peine »

« Notre combat en valait la peine »

10. mai 2017

Pour Sinnapu Anthonia Vaas, 63 ans, la manifestation pour le respect des droits fonciers s’est avérée payante. Grâce à son engagement sans relâche et à celui d’autres femmes, la Marine nationale a fini par lui annoncer la restitution de sa terre et l’ accès à la mer. Son combat pourrait inspirer d’autres personnes.

Sri Lanka: Détérioration inquiétante de la situation des droits humains

Sri Lanka: Détérioration inquiétante de la situation des droits humains

9. novembre 2016

Le nouveau gouvernement sri lankais n’a pas réussi à répondre aux espoirs de la population, en particulier à ceux des minorités. En octobre dernier, Jaffna a été le théâtre de l’assassinat de deux étudiants, et plusieurs enlèvements ainsi que des échauffourées ont eu lieu entre la marine et des villageois. En outre, le gouvernement souhaite … Lire la suite

« Le vol des terres ne paie pas »

« Le vol des terres ne paie pas »

9. novembre 2016

Senul Abdeen Saleema s’est fait voler par un hôtelier une partie des terres sur lesquelles était installée son exploitation de noix de coco. Mais elle ne s’est pas laissé faire. Malgré des revers, son histoire montre que le vol des terres ne paie pas.

« À cause des surfeurs, je pêche nettement moins de poissons »

« À cause des surfeurs, je pêche nettement moins de poissons »

7. novembre 2016

Francis Christopher Ranraj Croos n’a jamais été riche, mais auparavant lui et sa famille vivaient convenablement de la pêche. Depuis l’arrivée des kitesurfeurs pour qui une grande partie de la lagune a été réservée à des fins touristiques, il a enregistré une baisse considérable du nombre de poissons pêchés, à tel point que sa famille … Lire la suite

Une vie dans l’incertitude

Une vie dans l’incertitude

2. novembre 2016

La famille de pêcheurs de Christy Cooray a déjà été expulsée par le passé de son lieu de mouillage à cause des hôtels. Aujourd’hui, ils vivent dans la crainte que le gouvernement ne les chasse également de leur nouveau lieu d’amarrage.

« Je ne quitterai jamais ma terre »

« Je ne quitterai jamais ma terre »

5. octobre 2016

La famille de pêcheurs de Padma Garappathi est privée de nourriture, car le lac, où ils s’approvisionnent en poissons, a été asséché pour un projet du gouvernement. Jusqu’ici, ils n’ont reçu aucune indemnisation.

The fishermen from Nilaveli

© Michael Philipp, luxs.ch

Faire un don

Nous dépendons de ton soutien afin de pouvoir nous engager le plus efficacement possible pour la protection de peuples autochtones et de minorités dans le monde entier. Tu peux effectuer ton don directement en ligne (carte de crédit/Postcard) ou commander un bulletin de versement. Nous te remercions d’avance de ta contribution !

A notre sujet

La Société pour les peuples menacés (SPM) Suisse est une organisation internationale indépendante pour les droits humains, la SPM s’engage pour les minorités persécutées et les peuples autochtones. Nous documentons les violations des droits humains, informons et sensibilisons le public et défendons les intérêts des groupes concernés face aux autorités et responsables. Nous soutenons des initiatives locales qui renforcent les droits humains des minorités et peuples autochtones, et travaillons au niveau national et international avec des organisations et personnes qui poursuivent les mêmes buts.

Visite notre site Web: www.gfbv.ch/fr
Suis-nous sur Facebook: www.facebook.com/spm.suisse